Des fois on pense que c’est surfait

« Y’a des matins où on ferait mieux de rester coucher« . Des fois on pense que c’est surfait comme phrase.

Je décide de me lever plus tôt que d’habitude, pour me redonner un rythme. Quand on est au chômage, le réveil devient malheureusement parfois muet. Je décide par cette belle matinée, d’aller à l’ouverture de mon marchand de tabac, à 8h00. Le commerçant avec qui j’avais déjà discuté une fois m’avait paru sympa.

« Ne jamais se fier aux apparences« . Des fois on pense que c’est surfait comme phrase.

Je commande mes cigarettes habituelles, il me dit qu’il n’ y a plus de paquets de 20. Comme je paye en carte bleue, j’en achète toujours 3. Il me donne 2 paquets de 30, ce qui vaut, me dit-il à la même chose. Je plaisante en disant que c’est dommage que ça ne soit pas dégressif, comme aux USA par exemple. Il fronce les sourcils et la machine à connerie était lancée.

 « Des fois je ferais mieux de fermer ma gueule« . Des fois on pense que c’est surfait comme phrase.

Le commerçant, me dit alors qu’il avait été aux USA l’année dernière que c’était pas comme ça. Je lui dit qu’ayant vécu au Texas pendant plusieurs mois, j’avais vu des publicités du type « buy one get one free » dans des tabacs. On en arrive à un compromis : ça dépend des états. Chaque état à sa loi. La discussion dérape quand le marchand s’engouffre sur le terrain du nationalisme.

« Si t’es fier d’être français frappe dans tes mains« . Des fois on pense que c’est surfait comme phrase.

J’ai eu droit alors à une belle leçon de politique : « la France donne trop, c’est à cause des étrangers, on peut plus donner. Ma soeur travaille à la CAF elle remplit 30 dossiers d’étrangers par jour. » Je l’oriente vers le terrain de la neutralité. Encore pire.. Je réveilla alors le bête qui sommeille en lui. Il commence à accélérer son débit de parole, à tendre sa main vers lui, le pouce et l’index l’un contre l’autre, la tête qui oscille comme un chien kitch en plastique de plage arrière, mais pas d’arrière en avant, plutôt de gauche à droite, commence une phrase par « Monsieur » et la termine par « Monsieur ». L’ami Sarkozy aurait-il fait des petits?

NBA JAM et le shoot « On fire »

Mais qu’est-ce qui me prend aussi de tenter de donner un raisonnement à son discours? « On ne peut pas faire des généralités. Les problèmes des Français et d’un pays tout entier, ne viennent pas des étrangers qui restent une minorité » lui dis-je simplement.

Curieusement, j’ai repensé à un truc qui n’a rien à voir. Quand j’étais gosse j’aimais bien jouer à NBA JAM sur Super Nintendo. Jeu de basket. Quand un joueur enchaînait les paniers, le commentateur criait « he’s on fire » et le ballon devenait enflammé. On pouvait shooter presque de partout, le ballon rentrait à coup sur. J’avais en face de moi un scoreur de crétineries racistes en mode « on fire ». Plus il dit de conneries, plus il croit à ce qu’il dit et plus ça l’incite à dire des conneries ! Le cercle vertueux des cons.

Comme-ci c’était pas suffisant, j’ai eu droit à la 2ème mi-temps : les retraites. « Moi je vais travailler jusque tard pour vous les jeunes ». Ah? Une leur d’espoir dans cette boutique sharter. « Parce que c’est pareil, la France pourra plus payer pour tous les étrangers qui bossent pas, c’est ceux qui bossent qui payent pour eux, on aura des problèmes, faut réformer le système« . Et merde. Je le coupe dans son monologue : « oui je suis d’accord pour dire qu’il faut sûrement travailler plus longtemps, mais le problème de la France c’est que les entreprises ont tendance à ne plus garder les employés de plus de 50 ans. Vous, en tant que commerçant, vous êtes votre propre patron. Dans le privé, les sociétés renouvellent leur effectif sans cesse. Comment travailler plus longtemps quand les entreprises ne veulent plus de vous? Mon père s’est fait licencié à l’âge de 55 ans et n’a jamais pu retrouver de travail par exemple« . Shoot à 3 points. « Nothing but net! ». Mais pas le temps de passer en mode « on fire ». Le con(tre) – attaque. Il me dit alors une chose surprenante à laquelle, évidemment je ne m’attendais absolument pas (dixit ironie). « Monsieur, je vais vous dire Monsieur. Avec mes propos vous pensez que je suis raciste Monsieur. Mais je vote pas pour Marine Le pen Monsieur moi Monsieur. Moi c’est l’autre extrême. ». Cqfd Extrême gauche. « Une entreprise, elle peut pas penser social. Si elle garde des boulets, elle perd du chiffre« .

Une dame de couleur rentre alors dans la boutique. Je me crispe. Lui se démonte pas et continue de me parler des retraites en France, en omettant la partie xénophobe de son discours (je ne mentionnerai évidemment pas ses anecdotes sur ses voyages en Afrique où tous les pays là-bas sont « dégueulasses« ). La dame repart sans rien acheter, sans même avoir échangé un mot avec mon bourru du matin. J’aurai dû la rattraper pour lui demander comment elle fait pour détecter les cons sans leur parler.

Je disais donc Extrême gauche. Alors la politique pour les nuls dixit Wikipédia : Le terme « extrême gauche » est employé pour désigner les courants politiques situés à gauche des partis socialistes et partis communistes traditionnels, c’est-à-dire les mouvements révolutionnaires qui militent pour l’abolition du capitalisme, situés à gauche des mouvements réformistes et de la gauche antilibérale.

L’hybride politique

Intéressant, ce mec est raciste et prône le capitalisme, synonyme de l’anti-social. Ne se dit pas Lepeniste mais d’extrême gauche. Le matin je mets du temps avant d’émerger, mais faut pas me prendre pour un con. Si l’industrie automobile produit des voitures hybrides, mi-essences, mi-électriques, la société elle, produit des pensées politiques hybrides, mi-racistes, mi-capitalistes. Ce gars c’était le modèle Lepeniste refoulé, qui hésite encore entre l’option FN blanc cassé et l’option UMP tout confort. Ou alors c’est un gars politiquement mal latéralisé, qui confond son extrême gauche et son extrême droite.

Hybride politique

(cf photomontage : portrait du candidat idéal pour ce commerçant? Marine Le pen, Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon en une seule personne)

Une dame pour une livraison relais entre dans le magasin. J’en profite alors pour lui souhaiter une bonne journée (connard). Là je pense alors à un de mes amis, le poissard de nature qui perd tout et à qui il arrive que des merdes du genre agressions et rackets. Moi c’est autre chose, j’ai le don d’attirer les cons et de les mettre à l’aise. On est tous l’ami poissard de quelqu’un. En tous cas les cons, à défaut de faire travailler leur cerveau, font travailler celui des autres.

Chiennement, Puguy.

Publicités